I'm alive, but only ironically | PRUSSE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

I'm alive, but only ironically | PRUSSE

Message par Gilbert Beilschmidt le Dim 29 Jan - 23:26



Gilbert Beilschmidt



Nation représentée : La Prusse
Nom : BEILSCHMDT
Prénom : Gilbert (Fredrich)
Âge : 23 ans
Date d’anniversaire : 18.01.1994


Sexe : De taille convenable, merci
Taille : 1m80
Poids : 75kg
Nationalité : Allemande
Cursus suivi et spécialité : Musique - Maitrise d'instrument(s) et Mixage












Votre animal totem : L'aigle, quelle question. C'est beau, majestueux, gracieux, fort tout ça... mais de profil. De face ça... ça a juste l'air con.

Que peut-on trouver sur votre table de nuit : A côté de l'indispensable portable/réveil matin, on y trouve souvent la plupart de ses bagues qui trainent -trop gênantes pour dormir-, sa montre aussi et ses lunettes de repos. Eh oui messsieurs, dames, il a les yeux sensibles ce pauvre enfant. Mais surtout il y a un carnet et un bic pour les élans d'idées et d'inspiration, à toute heure de la nuit. Le tout ex.trè.me.ment bien rangé, au milimètre près, sinon il dort mal.

Les indispensables de votre garde-robe : En bon rocker cliché évidemment qui se tainent les basics. Jean brut, noir ou gris, certains usés, voire troués, au niveau des rotures. Des t-shirts uni de plusieurs couleurs, bien qui privilégie le gris et le rouge à ce niveau-là. Ceux aux éfigie de groupes de rock, il va sans dire. Pour habillé tout ça, tantôt la chemise, tantôt le bomber selon les températures, mais bien sûr, le seul et l'unique Leather Jaket qui a bien vécu. Aux pieds ce sont généralement des Dr Marten's, là aussi il en a une belle collection.

Votre journée parfaite : Un peu de sport le matin avant un ou deux café bien noir pour se réveiller. La matinée à créer et écouter de la musique, avec des amis c'est toujours mieux. L'après-midi avec des potes à discuter de tous et de rien, à refaire et faire beaucoup de conneries aussi, surtout. La soirée sur la même longueur d'onde, l'alcool en plus. Une nuit courte et recommencer le lendemain, évidemment.

Quelle musique chantez-vous sous la douche : En voilà une question à poser à musicien... généralement c'est une chanson qu'il a entendu ou écrite durant la journée. Mais il a des vieilles copines qui ne lui sortent pas de la tête, comme "Still lovin' You" de Scorpions, "Night Moves" de Bob Seger ou encore "Sweet Child O' Mine" de Guns n' Roses.

Un objet fétiche : Sa Gibson LES PAUL CUSTOM sans doute... qu'il a très sobrement nommée "Baby".

Vos vacances idéales : Pas de soleil, de la bière à flot, une guitare et des potes. Il n'est pas très difficile...

Votre petit rituel du soir : PornHub et deux rouleaux de sopalin à côté du lit... quoi ? Tout le monde le fait, mais personne assume ! Mais sinon avant il regarde un film ou une série, s'il ne joue pas ou n'écoute de la musique.

Le fond d’écran de votre téléphone portable : Écran de vérouillage & Écran d'accueil

Quelle histoire lui racontait sa maman/son papa/ sa nounou quand il était petit ? : Des tonnes bon Dieu ! Il en a entendu tellement... Mais celle qu'il a réclamé le plus, sans doute, est celle de Raiponce. Ne le jugez pas ok, c'est que sa mère avait des cheveux de 28km, donc pour lui, c'était elle Raiponce, il en était persuadé. Ce qui faisait de lui un Prince, eh ! Que ne fut pas sa désillusions lorsqu'il apprit la triste vérité.







Raconte-nous !




Un noir complet. Dans la chambre silencieuse, on n'entend que la respiration des deux colocataires de la numéro huit, jusqu'à ce que le refrain de ''Paradise City'' de Gun's & Roses retentisse à un volume fou pour réveiller l'Allemand.
Il doit être 5:30, il n'a jamais trop dormi, mais bref. Le jeune homme de 23 ans se tire lentement son lit après avoir coupé la violente sonnerie de son téléphone. Le colocataire, dans le lit en face du sien se retourne tout juste sans se réveiller. Gilbert reste assis un petit moment sur son lit, sa tête en poids mort dans ses mains, puis se dresse du haut de son mètre quatre-vingt et traîne des pieds jusqu'à la salle de bain. Il y allume la lumière et ferme la porte derrière lui pour le pas gêner le sommeil de son voisin. Il plisse les yeux, c'est dire qu'il a les yeux fragiles, l'albinos. Quasiment aucune pigmentation, juste la couleur rouge sombre de sa rétine qui ne se cache que derrière le voile quasi invisible d'un bleu trop pâle, à moitié effacé. Deux pierres d'un rouge profond, chaussées dans ses orbites, sous des sourcil un peu épais, blanchâtres, à peine discernables sur son teint laiteux.

Il s'avance vers le lavabo, ouvre légèrement l'eau et s'arrose le visage avant de passer une main dans ses cheveux blancs, plus ou moins long sur le haut de sa tête et à mesure que l'on descend vers ses oreilles et sa nuque ils se dégradent en longueur jusqu'à moins d'un centimètre.
Il relève son visage, légèrement plus réveillé vers le miroir. C'est vrai qu'il était quand même beau garçon. De manière tout à fait objective, ou presque.
Il a le visage un carré, les lèvres larges, presque pulpeuse, les pommettes et la mâchoire saillantes, mais le menton rond, son nez est cassé, force de bagarres stupides, et du coup un peu large, mais rien de laid. Loin de là ça s'accorde parfaitement à la structure de son visage. Il attrape son rasoir et sa mousse et se débarrasse de la barbe qui devenait un peu trop longue et qui habillait le bas de son visage et le haut de sa gorge. Elle est large sa gorge, habillé d'un phoenix aux couleurs flamboyantes. Sa pomme d'Adam est assez marquée, elle et les détails de son tatouage invitent avec insouciance à glisser son regard vers sa clavicule qui guide vers ses épaules larges, carrées, et son torse. La queue du phoenix se divise en quatre longues plumes qui semblent suspendre le mot "IMMORTAL" sur toute la largeur de son torse. Les lettres sont grasses, mais l'encre est déjà un peu passée.
Son avant-bras droit est masqué sous un aplat de noir ayant vaguement la forme d'un oiseau aux ailes déployées et sur son épaule droite se dessine des pétales de bleuet des champs. L'illustration de la plante descend le long de son bras, sur les courbes des muscles marqués et des quelques veines apparentes, jusqu'à sa réelle base, son poignet. Large, tout comme son jumeau de gauche, bases solides pour des mains -elles aussi décorés de multiples tatouages- tout aussi larges, pourtant un peu allongées. Un peu séchée et habiller à force de gratter des cordes.
Ses pectoraux sont plutôt ronds, ressortant plus vers les extérieurs et légèrement moins marqués vers l'intérieur. Une pente douce jusqu'au creux qui délimite le gauche du droit. Sous ce dernier, une petite phrase en lettres manuscrites "Früh steh auf, wer ein Meister werden will", "Celui qui veut devenir le Maître se lève tôt". Tout juste en dessous, sa taille large n'est que tout juste marquée et glisse en V tout juste suggéré jusqu'à ses hanches. Il a les abdos très peu marqués, tout juste esquissés, mais bien présent.

Il se tourne un peu, de profil il a les épaules qui dessinent une large courbe et son dos se termine en une petite cambrure. Cette dernière est accentuée par le galbe assez flatteur de son fessier (si vous êtes curieux et que vous avez une TI82, la courbe exacte équivaut à y=-(sin(x^(1.7/6)+4)+(1/x))+10 ). Ah ça c'est sûr, il a bon cul. Il lève le bras gauche pour afficher les chiffres romains et la courte phrase en allemand qui composent un autre de ses tatouages. Ses lèvres s'étire en sourire satisfait alors qu'il se tourne davantage, tenant désespérément d'imiter un hibou qui tournerait sa tête à quatre-vingt-dix degrés. Au-dessus de sa fesse droite se dessine l'aigle qui habille les armoiries prussiennes, et plus haut dans son dos, deux épées croisées qui traversent le traverse de la pointe de ses omoplates jusqu'à leur naissance et celle de ses deltoïde.
Sous ses hanches droites, il a les cuisses un peu larges, dût à son éternel jogging matinal. Autour de la gauche s'enroule un serpent à deux têtes destructuré à certains endroits et sur le mollet de sa jambe droite un hibou en origami à l'exception de la tête. Et pour ce qu'il y a entre, eh bien je vous laisse le loisir de l'imaginer ou de le découvrir vous-même.
Il a les jambes musclées et au bout de ces dernières, il chausse un quarante-deux.

Le check narcissique terminé, il se lave rapidement les dents, passe un coup de déo et enfile un simple t-shirt, un jogging et sort de la salle de bain. Il se chausse avec des baskets hors de prix, mais pour le confort de sa course, Gilbert y met les moyens. Son sweat pour la fraîcheur matinale, AC/DC ou Rammstein dans les oreilles, une bouteille d'eau et il quitte sa chambre et l'Académie pour aller courir.

Il rentre vers les 7:20 la plupart du temps, son coloc est en phase de réveil alors il en profite pour reprendre la salle de bain, le temps d'une douche et de se rhabiller. Il se couvre avec un jean brut coupe cigarette et un t-shirt blanc. Il se recoiffe rapidement devant le miroir, quelques sprays de parfum  et le voilà ressortit, laissant la place à son binôme. Le temps que son ami se prépare, le prussien se fume une cigarette à la fenêtre, puis sa veste en cuir rond sur les épaules et ses Docs aux pieds, il sort de la chambre pour aller prendre un café à la Salle Communautaire.




ORGUEIL :

Sens 1 Opinion trop avantageuse de soi-même. Contraire : humilité, modestie, simplicité.
Synonyme : dédain

Sens 2 Sentiment de fierté.
Synonyme : fierté


Gilbert pourrait se trouver comme définition du mot ci-dessus dans tous les dictionnaires du monde. L’albinos a en effet une image de lui-même surestimée et se croit bien souvent capable de tout, ou possédant la fameuse science infuse. Il est également pleinement conscient de son physique et pense être l’ultime Apollon, a real God material.
Alors, certes, l'Allemand est loin d’être bête lorsqu’il veut bien faire des efforts, et soyons honnêtes, il est loin d’être laid, mais surtout, tout le monde s’accorde à dire que cela le rend lourd. Agaçant, envahissant, car pour partager de sa personne avec son entourage, l'albinos à une fâcheuse tendance à parler un ton au-dessus, voire hurler parfois. Au cas personne ne ferait attention à lui.
Mais c’est là un sérieux problème et la raison de ce comportement est que Gilbert craint, de manière presque obsessionnelle, de se retrouver seul et par extension de se faire oublier, de ne plus rien représenter aux yeux du monde.

INTROVERSION :

Sens 1 Utilisé en Psychologie pour décrire une personne dont le comportement, mais également les centres d'intérêts comme les émois seraient exclusivement tournés vers eux, se détachant totalement de leur environnement.

Malgré ces excès de fierté, le Gilbert est une véritable bille pour ce qui est de la démonstration de ses sentiments et ses passions, il les présentera davantage comme des capacités qu’il possède ou des talents. Il est donc normal que pour ce qui concerne le relationnel, il ne soit pas vraiment doué. En contact humain, en relations d’amitié ou de couple. Sans doute, car il craint que l’on voit ces faiblesses et ce qui planque derrière sa comédie de personne assurée et fière de lui… Et l’on compte sur les doigts d’une main les personnes à qui il sait s’ouvrir pleinement. Bien que même avec ses derniers, il joue le déni et il feint toujours l’assurance et la détermination la plupart du temps.

IMPULSIVITÉ :

Sens 1 Qui agit selon ses impulsions, sans réfléchir.

Cependant, il est également possible que des personnes ne faisant pas partie du cercle ‘‘V.I.P’’ de l'Allemand aient pu assisté à de petits écarts, des failles, de sa part. Gilbert est de ce genre de personnes qui agissent avant de réfléchir.
Dans son comportement courant cela se traduit par de l’immaturité excédante, des stupidités dites ou faites sans réfléchir aux conséquences ou aux personnes qui sont autour. Cela lui donne aussi une certaine franchise sur ses opinions et ce qu’il pense des autres il le dit et si le concerné n’est pas content, bah c’est pareil et tant pis pour sa gueule.
Et comme évoqué plus haut, cette impulsivité finit parfois par le trahir sur ce qu’il veut éviter d’être su par n’importe qui.

VIOLENT :

Sens 1 Qui est fait avec brutalité.

Sens 2 Intense.

Par extension, cette impulsivité se traduit parfois en violence, car vous l’imaginez, il a tendance à s’emporte rapidement et pour un rien. Oui il est assez susceptible.
Dans ces cas, mieux vaut ne pas être l’objet de son mécontentement, car il peut vous arriver quelques bricoles. Non seulement il saurait trouver du vocabulaire fleuris pour vous incendier, mais il saura également jouer de ses poings s’il est suffisamment à bout. Dans les deux cas, Gilbert sait s’y prendre…

SADISME :

Sens 1 En Psychologie c’est une maladie mentale qui pousse à prendre du plaisir en faisant ou en voyant souffrir quelqu'un.

Sens 2 Cruauté, méchanceté.

On en arrive là, s’il le veut, il est parfaitement capable d’être méchant et/ou cruel dans le pire des cas. Il ne prend pas purement plaisir à faire cela, la plupart du temps c’est davantage par vengeance. Ou par simple volonté de démontrer ou prouver sa supériorité, à quelqu’un à qui il estime qu’il est important de le rappeler. S'il prend un quelconque plaisir à ça, c’est plus le plaisir de savoir que le message est passé et respecté.
Pour en arriver à ce résultat, l'albinos est capable du pire et s’il cherche le truc qui fera mouche à tous les coups, il est capable de le trouver. Si j’ai évoqué plutôt sa stupidité courante, j’ai également bien précisé que lorsqu’il s’y met, il est loin d’être bête. Alors oui, il est bien triste de se dire que ses facultés de réflexions ne se voient utiliser que pour blesser, mais c’est bien cela. Gilbert n’est fin stratège que lorsqu’il le veut et ce sont souvent les seuls moments où il le veut.

POSSESSIVITÉ :

Sens 1 En Psychologie elle traduit la possessivité d'une personne envers une autre se traduit par son besoin de relation exclusive et sans partage qu'il souhaite entretenir. La personne possessive craint que l'être ou la chose aimée ne lui soit enlevée.

Afin de compléter le portrait mental de Gilbert, il est important d’évoquer sa possessivité. Elle peut aisément s’expliquer par tout ce qu’il a été évoqué plus tôt, surtout en ce qui concerne son introversion et sa fierté.
La perte de sa mère l'a beaucoup enfermé sur lui-même. Étant très proche d'elle, il a vécu comme un rejet l'attitude plus "froide" de son père et il est normal qu’il ait développé un tel comportement. Par extension de son besoin d’attention et sa peur de l’abandon et de la solitude, il est capable d’une grande jalousie. Il estime mériter la première place dans le cœur de certaines personnes, évidemment celles auxquelles il tient le plus.
D’une autre manière, cela peut le rendre extrêmement protecteur envers ces mêmes personnes, notamment son frère et pour en revenir aux deux points précédents, il vous aura en ligne de mire si vous êtes amené à blesser un membre de  ‘‘son harem’’ (ce dernier n’existe que dans sa tête).



C'est un matin hivernal qu'il a ouvert les yeux pour la première fois. Un lecteur attentif aura retenu le 18 janvier et c'est très plaisant. Une naissance des plus banales ma foi, guidant vers une enfance qui l'est tout autant.
Gilbert a grandi aimé de ses parents et très proche de sa mère, car elle ne manquait pas d'attentions à son égard et donc il lui rendait tout autant. Évidemment, son père avait lui aussi des marques de tendresses, mais il n'était pas vraiment dans son caractère d'être démonstratif. Ô que oui c'était un fils à maman, et il l'assumait, il s'en foutait complètement, il adorait passer du temps avec sa mère, elle aussi albinos, tatoueuse de métier et qui le berçait de musiques, souvent des morceaux de rock et de son papa le blues. Pour beaucoup de petits garçons, le héros est souvent un père, pour lui c'était sa mère.

Un peu avant ses 4 ans elle lui fit le meilleur cadeau qu'il aurait pu imaginer, un petit frère. Si comme tout bon gamin il a d'abord rechigné par jalousie que ce poupon sortit de nulle part ait toute l'attention du monde, il s'est tout de même rapidement attaché à la petite tête blonde et s'est appliqué à l'éduquer autant que ses deux parents. Plus avec des bêtises qu'autres choses, et il va sans dire que, cette pauvre créature innocente en la personne de Ludwig, suivait son grand-frère les yeux fermés. Pour le meilleur et pour le pire, surtout le pire en fait. Mais au milieu de ça il lui apprenait le air-guitar comme sa mère avec lui, comment tressé les cheveux de Papa et Maman (un moment important dans la Famille Beilschmidt) et tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes.

Fasciné par les notes, ses parents l'inscrivirent à des ateliers musicaux et des cours de musique où il se tourna vers la flûte traversière un peu par dépit, mais qu'il appréciait quand même au final. Ses grands parents s'amusaient beaucoup de l'écouter bidouiller ses notes, c'était loin d'être parfait évidemment et il avait vite abandonné.
Non, adolescent il avait envie d'autres choses. Gilbert voulait devenir tatoueur lui aussi, déjà gamin il dessinait sur les bras de mère pour combler les trous entre les tatouages qu'elle avait déjà et sur ceux de son père pour le pur amour du lol. Et s'il a abandonné le projet à ses 12 ans, c'est qu'il a perdu le seul intérêt pour lui à faire ce métier, travailler avec sa mère, puisqu'il l'avait perdu dans un accident de voiture. Un bête accident où le seul coupable est une erreur mécanique. Rien, personne à condamner, ni à blâmer pour expié tritesse, colère et frustration. Alors Gilbert s'est rabattu sur son père, qui avait été victime de l'accident, mais avait survécu. Bien sûr que c'était un poid sur ses épaules, cette culpabilité du survivant, doublé du fait d'avoir perdu la femme qu'il aime... mais ça, l'adolescent ne le voyait pas.
Il ne voyait qu'un père qui prit encore plus de distance avec ces fils, alors qu'ils n'avaient jamais eu autant besoin de lui. Il ne voyait qu'un homme qui semblait se moquer de tout quand bien même il voulait simplement rester fort pour ses fils. Le gamin en était venu à repprocher à son père de ne pas être mort ce jour-là à la place de sa mère. Et puisqu'il ne pouvait pas se réfugier auprès de lui, il se réfugia dans les souvenirs de sa mère, notamment les musiques sur lesquelles elle les avait bercé son frère et lui. Ces vieux rock subversifs pour une autre époque, d'autre qui le sont encore qui lui permettaient de se défouler. Ces blues dans lesquels il se retrouvait beaucoup trop. Dans la lancé, il apprit la guitare sur le tas, avec le reste de ses notions de solfège, il repris un peu la flûte avant de s'intéresser à un peu tous les instruments. Il est devenu touche à touche compulsif, à tester tous les instruments, mais sans vraiment rechercher à les maitriser à la perfection. Il en apprenait ce qu'il lui était nécessaire pour expérimenter, composer, s'amuser dans les moments où il avait oublié qu'il était encore possible de le faire.
Ce serait fou de se dire qu'il rêve désormais d'être une rock star, même si c'est son rêve secret... Mais s'il peut déjà être musicien, apprendre à composer toutes les musiques qui lui vient pour se défouler, ça lui va bien, ça lui va même très bien.



Et toi ?




Pseudo : Khaleesi, Dieu ou Del... ça dépend
Âge : Morte
Depuis combien de temps rp vous ? : Mon contrat me dit que je commence dans 2 semaines
Comment avez-vous trouvé ce forum ? : Pas mal, j'aurais fais mieux
Code du règlement : Je ne sais pas où vous voulez en venir, mais de moi vous n'aurez rien.
Des commentaires ? : FIRST !! (Quoi c'est pas ça ?)






Dernière édition par Gilbert Beilschmidt le Dim 5 Fév - 1:58, édité 5 fois
avatar
Messages : 290

Date d'inscription : 26/01/2017

Age : 23

Localisation : Sous une guitare sans doute

Voir le profil de l'utilisateur http://del-ightful.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: I'm alive, but only ironically | PRUSSE

Message par Meilin Huang le Dim 29 Jan - 23:37

On avait dit pas les mamans.

_________________





the more you know:
avatar
Messages : 331

Date d'inscription : 26/01/2017

Age : 19

Localisation : Somewhere over the rainbow ~

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I'm alive, but only ironically | PRUSSE

Message par Gilbert Beilschmidt le Lun 30 Jan - 5:36

Je sais, mais j'suis une thug tavu

_________________
2 COOL 4 SCHOOL

   


What about:
           

   
avatar
Messages : 290

Date d'inscription : 26/01/2017

Age : 23

Localisation : Sous une guitare sans doute

Voir le profil de l'utilisateur http://del-ightful.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: I'm alive, but only ironically | PRUSSE

Message par El Direttore le Dim 5 Fév - 2:01

nous te souhaitons la bienvenue !

Ta fiche est validée, te voilà donc élève du Da Vinci College !

Tu commences donc désormais un cursus de Musique, spécialité Maitrîse d'instrument & Mixage.
Ton numéro de chambre est le n°8.
Tu peux dès à présent RP en ChatBox et dans les forums, de même que tu peux commencer ton blabla. Ta gueule. Va rp enculé.

Dans tous les cas, encore bienvenue et bon jeu sur Art Program Hetalia !

avatar
Admin
Messages : 164

Date d'inscription : 26/01/2017

Age : 63

Localisation : Dans les couloirs

Voir le profil de l'utilisateur http://artprogram-hetalia.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum