Le sourire d'un Ange et les yeux d'un Démon | Estonie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le sourire d'un Ange et les yeux d'un Démon | Estonie

Message par Eduard Toome le Mar 14 Mar - 4:05

Toome Eduard

Nation représentée : La République d'Estonie
Nom : Toome
Prénom : Eduard
Âge : 21 ans
Date d’anniversaire : 24.02.1996

Sexe : Masculin
Taille : 179 cm
Poids : 70 kg
Nationalité : Estonienne
Cursus suivi et spécialité : Arts de la Scène ; Arts Dramatiques









Son animal totem : Une hermine. Vous savez, ce bel animal tout doux, tout blanc, a l'air tout gentil et adorable. Cette petite chose à l'aspect inoffensif, qui court vite, se faufile, se fond dans le décor et se cache sous la neige, avant de bondir sur sa proie, toutes dents dehors, et SCHLAC.
Car les hermines, ce sont des putain de carnivores, sans pitié, qui cachent une sale race derrière leur tronche de peluche.

Que peut-on trouver sur sa table de nuit ? Une petite lampe de chevet, un cactus miniature en pot, un IPad, son IPhone 7, sa boîte à lunettes ainsi que sa boîte à lentilles, une liseuse, une bague en argent et sa montre.

Les indispensables de sa garde-robe : Eduard n'est pas une personne à cheval sur la mode, mais ce qu'on retrouve le plus dans son armoire sont des chemises de tout types, des pulls et gilets en laine, ainsi que mille paires de Converse.

Sa journée parfaite : Il n'est pas le genre d'homme à se projeter un futur, ou une journée parfaite. Pour lui, le parfait n'existe pas. Mais ce qui fait d'un jour un bon jour, c'est du café de qualité, de la tranquillité, quelques défis qui mettent à l'épreuve ses neurones, une scène réussie, des applaudissements et fermeture du rideau.

Quelle musique chante-t-il sous la douche ? Il ne chante pas sous la douche. La douche, avec lui, c'est rapide, cinq minutes montre en main. C'est fait pour se laver, être propre et sentir bon, pas pour raconter sa vie aux parois des cabines.

Un objet fétiche : Sa bague. Elle lui a été offerte par sa grande sœur lors de ses dix-huit ans. Il la porte toujours au majeur droit. Comme ça si vous l'emmerdez et qu'il vous fait un doigt, il la met en avant en plus. C'est beau.

Ses vacances idéales : Toute la journée sur son ordinateur. Pardon, son MacBook Pro. Il n'est pas difficile de voir qu'Eduard n'est pas un grand fan du plein air, du soleil et du vent. Rester dans son petit confort à se niquer la vue sur des écrans, ça lui convient parfaitement.

Son petit rituel du soir : En revenant des douches, Eduard met une crème contre l'acné sur son visage et s'installe dans son lit pour lire tranquillement sur sa liseuse, ou checker les dernières actualités sur son IPad. Puis lorsque le sommeil l'atteint, il éteint tout.

Le fond d’écran de son téléphone portable : Ceci comme écran de verrouillage et cela en écran d'accueil. Il a des goûts très variés.

Quelle histoire lui racontait sa grande sœur quand il était petit ? Car oui, c'était Kaja, sa sœur aînée, qui prenait le temps de lui lire chaque soir une aventure Moomin. En lui montrant les images et en faisant les voix ! Kaja, c'est la meilleure pour les histoires, il le pense encore aujourd'hui.



Raconte-nous !

Quand Eduard se lève, c’est pas la joie. Loin de là. Ce n’est pas un homme du matin. Il est de ceux qui vivent la nuit et se réveillent à midi, et lorsqu’on est dans un internat aussi prestigieux que celui du Da Vinci College, on ne peut se permettre de tels horaires. Ce fait n’empêche cependant pas Eduard de se coucher à des heures non catholiques pour se lever à sept heures du matin ensuite. Autant dire que le repos ne fait pas vraiment partie de son quotidien en semaine, à l’inverse de ses weekend dont les matinées sont systématiquement rongées par son rattrapage de sommeil.

De ce fait, lorsqu’il se regarde dans le miroir en se brossant les dents, Eduard a tout le loisir d’admirer, si tant est qu’on puisse admirer quoi que ce soit quand on a le regard encore embrumé par le sommeil, mais surtout qu’on a pas encore mis notre paire de lunettes sur notre nez alors qu’on souffre de myopie, ses yeux rougis par sa veillée sur les écrans. Leur bleu, qui aurait pu être un bel azur éclatant, semble dévoré par ces veines éclatées dans le blanc de ses yeux. Pas très grands de base, ils semblent, en plus, tomber, comme tirés vers le bas, sans doute à cause des énormes poches qu’il se trimbale. Car oui, à ce stade, ce ne sont plus des cernes, mais bien des poches qu’il a sous les yeux. Heureusement, lorsqu’il met ses lunettes, elles sont légèrement camouflées. Légèrement.

Malgré ses 21 années de vie sur Terre, Eduard a encore le visage d’un adolescent en fin de croissance. Sa peau, trop grasse, le gratifie généreusement de quelques boutons çà et là, qu’il tente d’atténuer avec des crèmes qu’il applique avant de dormir. Son nez, somme toute assez droit, est légèrement recourbé à la pointe. Il possède également des lèvres assez présentes et naturellement teintées d’un rose plus soutenu que la moyenne. Lèvres qu’il essuie après s’être rincé la bouche, avant de se diriger vers son armoire pour enfiler ses vêtements.

Très strict sur l’hygiène, il est impensable pour Eduard de mettre deux jours d’affilée les mêmes vêtements, et ce même s’il s’agit d’un pull ou d’une veste. Aussi, lorsqu’il sort de la douche, il bazarde tout au linge sale sans chercher à savoir si son jean est remettable ou pas. C’est niet. Alors il pioche dans ses nombreuses chemises, une pièce blanche par exemple, qu’il agrémente d’un gilet gris en mailles larges. Après quoi il enfile un jean simple, une ceinture en cuir noir pour maintenir tout ça, sa bague et sa montre, des chaussettes et des Converse noires, et roulez jeunesse. Parfois, en regardant sa table de chevet, il hésite entre ses lunettes et ses lentilles. Mais comme il est du genre à gratter le sommeil, Eduard n’a pas toujours le temps de s’appliquer à mettre des lentilles, alors il opte le plus souvent pour ses lunettes à monture épaisse et noire.

Le corps d’Eduard n’est pas spécialement flatteur, même si sous ses vêtements de qualité et son air de bourgeois un peu coincé, on pourrait croire sa peau lisse et douce, d’un blanc immaculé, sa musculature dessinée, ou ce genre de choses. Que nenni. Eduard est assez mince sans être maigre, mais les muscles sont absents de sa silhouette. Sa carnation n’est pas parfaite, et il n’est pas rare de trouver un grain de beauté quelque soit l’endroit de son corps où l’on a la curiosité de poser nos yeux. Il reste assez clair, typé Européen du Nord, un vrai cliché de Nordique. Oui, il est Nordique. Ne lui dites pas le contraire, ce serait vraiment cruel pour ses espoirs et son patriotisme qui le pousse à faire des doigts aux Slaves parce qu’être Nordique c’est vachement plus cool.

En gros, la seule chose intéressante sur la morphologie d’Eduard pourrait être ses fesses, mais sachez qu’amorcer un contact physique sur sa personne relève de l’impossible. Il déteste être touché. Surtout lorsqu’il n’est pas sûr que vous vous soyez lavé les mains avant. Gross.

Après avoir lacé ses chaussures, Eduard jette un dernier coup d’œil à son miroir pour arranger sa tignasse blonde. Loin d’avoir une tignasse de lion, il a opté pour la coiffure la plus banale possible que tous les hommes du XIXème siècle semblent arborer : rasé sur les côtés avec de la longueur sur le dessus. Le mainstream à son paroxysme. Qu’à cela ne tienne, un coup de peigne, de cire coiffante, et il est prêt pour une énième journée de cours à lutter contre l’envie de scroller Tumblr au lieu d’écouter le professeur soporifique qui lui rappelle douloureusement qu’il n’a dormi que trois heures la nuit passée.


Si Eduard s’ennuie autant en cours, ce n’est pas qu’il n’est pas studieux, passionné et motivé dans son projet, bien au contraire. C’est surtout qu’il est surdoué. De ces petits cons avec un cerveau plus rapide qui se croient au dessus de tout et se permettent de juger les autres avec un air hautain et condescendant. Je ne dis pas que tous les premiers de la classe sont aussi insupportables, mais au fond de lui, Eduard l’est. Je dis au fond, car vous vous apercevrez vite qu’avec les autres, Eduard est tout sucre tout miel.

Avec ses méninges qui tournent à cent à l’heure, Eduard a vite compris que dans la vie, il fallait sucer des bites pour avancer. Pardonnez mon langage. Il ne suce pas littéralement, ça non, déjà parce que c’est pas propre en général, cette partie de l’anatomie masculine, mais surtout parce qu’il souffre de ce qu’on appelle homophobie, alors que ça devrait clairement s’appeler être un fils de pute. Il n’ira pas jusqu’à insulter ses camarades amateurs de fessiers virils, mais le cœur y est.

Non, quand je dis qu’il caresse dans le sens du poil, je veux dire qu’il le fait verbalement. Car lorsqu’on discute avec lui, on se rendra assez facilement compte qu’il est du genre coulant, à faire des compliments, offrir des cafés, ou autres petites attentions du genre. Toujours agréable, à la discussion aisée, il brille presque d’une aura de bienveillance qu’on lui aurait volontiers accordée s’il n’était pas totalement égocentrique et intéressé.

Parce que ne croyez pas être spécial à ses yeux. Eduard veut se faire bien voir, Eduard veut qu’on l’aime, parce qu’avec les autres dans la poche, c’est toujours tellement plus simple d’avoir ce qu’on veut. Dans cette optique, le bougre a toujours l’oreille qui traîne, l’œil qui observe. Il veut tout savoir de tout le monde pour s’en servir à son avantage. Manipulateur et calculateur, il est certain qu’il ne se sert pas de ses neurones bénies pour faire le bien autour de lui, mais plutôt pour parvenir à ses fins, peu importe les répercussions et l’influence que ça pourrait avoir sur son entourage. Car il passe avant.

Et son cursus n’est pas choisi au hasard : Eduard est un acteur parfait. Il est impossible de voir dans son petit jeu, tant il semble sincère dans ses propos. Il est impensable qu’il puisse être malhonnête. Eduard, il est gentil comme tout, souriant, plutôt charmeur et sûr de lui. Il s’est construit une réputation de gentleman de ces dames, de mec sympa à qui on peut parler de la pluie et du beau temps sans que ça ne l’agace ou l’ennuie. Il joue son rôle de petit masseur de pieds à la perfection, et si vous lui demandez cent balles et un Mars, vous pouvez être sûr qu’il vous les ramènera. Bon, avec un peu plus de réticence pour les cent balles, parce qu’il est plutôt radin sur les bords, l’animal. En fait, extrêmement radin.

Mais outre sa tendance à être un petit enfoiré imbu de sa personne, Eduard a aussi quelques qualités qu’on peut lui admettre. Car bien qu’il pue l’hypocrisie et la lèche à plein nez, Eduard a un cœur, des sentiments et des peurs, comme tout être humain.

Si vous faites partie de son cercle restreint de proches, il aura tendance à être plus honnête avec vous. S’il se fiche du ressenti des autres, il ne veut pas jouer la carte des mots noirs de mensonges avec ses amis, qui se comptent facilement sur les doigts d’une main. Aussi, il sera plus enclin à dire ce qu’il pense réellement à ces personnes, ou même encore à confier quelques secrets sur sa personne, qu’il se serait bien gardé de dire à quiconque d’autre. Il est dans son cocon, dans sa carapace de beauté, reflétant un monde utopique où tout le monde il est beau et tout le monde il est gentil. Mais il se peut qu’avec beaucoup de patience, un bon bouclier anti-flatteries et de la volonté, vous puissiez entrer dans ce cocon, vous frayer un petit passage, et tenter de comprendre ce qui se passe vraiment dans sa tête beaucoup trop remplie et lourde pour ce petit corps de babtou fragile.

Pour ces rares personnes, Eduard aura le cœur sur la main, oubliera sa radinerie maladive, fera même peut-être passer ses intérêts au second plan. Il peut être bienveillant et mettre sa sournoiserie au placard pour une personne spéciale, quitter sa mièvrerie constante pour ces quelques élus qui auront su avoir une valeur minimum à ses yeux.

Mais ne rêvez pas. Vous autres, plèbe, êtes juste des pigeons avec qui il sera un parfait connard déguisé en meilleur ami. Love.

Pour finir, Eduard est un nerd. Vous l’attendiez ? On ne dirait pas comme ça, mais c’est un accro de l’informatique, des technologies et des jeux vidéos. Derrière son air sérieux se cache en fait un grand enfant qui économise pour s’acheter la Nintendo Switch. C’est un abonné aux produits Apple, et il maîtrise Mac mieux que personne. Enfin, il aime le croire. Il connaît quelques codages, peut craquer un jeu assez facilement et navigue sur Internet aussi bien qu’un Australien sur les vagues. En plus de la comédie et de la scène, Eduard a également quelques autres passions : il a développé un certain doigté pour les tours de magie impliquant des cartes et est très doué aux échecs. Rien que ça.




Today - Nothing's new anymore



… Et c’est ainsi que Moomin retrouva le chemin de sa maison.

Un sourire étira ses lèvres trop sèches. Elle aurait bien eu besoin de les hydrater un peu, et en posant ses yeux sur la bouche rougie de sa sœur, Eduard se sentit coupable de ne pas avoir de baume à lèvres sur lui. Parce que Kaja, elle avait toujours pensé à tout pour lui. Depuis sa naissance.

Elle avait dix ans de plus que lui et était, à ses yeux, l’une des femmes les plus belles qu’il lui eût été donné de voir dans les vingt-et-une premières années de sa vie. Peut-être parce que sa mère était Finlandaise. Leur père, un Estonien de ce qu’on aimerait appeler “pure souche” alors que tout le monde sait que les “quelque chose pure souche” n’existent plus vraiment, s’était d’abord marié à une magnifique Finlandaise qu’il avait rencontré lorsqu’il étudiait à l’université d’Helsinki. De leur union était née Kaja, une fille tout aussi sublime que sa mère, dont les cheveux étaient si foncés qu’ils pouvaient paraître plus noirs que les ailes d'un corbeau. Mais les aléas de la vie ont fait que monsieur Toome ne supporte plus sa compagne, ce qui mena au divorce. Après cet incident, il revint vivre au pays, seul, y rencontra une autre femme, moins jolie, moins intelligente, moins gentille, mais plus sage et obéissante. Ainsi naquit Eduard.

Aino, puisque c’était le nom de la première femme, avait été ravie de la nouvelle et avait emmené Kaja voir son petit frère de l’autre côté de la mer. Le lien se fit automatiquement, et la gamine ne voulu plus lâcher ce poupon dodu qui lui servait à présent de cadet. S’il voyait cela d’un mauvais œil au premier abord, le père Toome finit par accepter que sa fille aînée, qu’il n’avait pas vue depuis plus de trois ans, rende régulièrement visite à Eduard. C’est ainsi que les deux enfants devinrent si proches qu’il était rare de les voir séparés plus de vingt-quatre heures.

Leurs jeux préférés étaient de recréer des scènes des dessins-animés qu’ils avaient le plus vu, la plupart du temps des Disney ou des Moomin. Kaja amusait toujours son petit frère, de toutes les façons possibles. Eduard était un enfant souriant, rieur, toujours enthousiaste, qui aimait la vie, sa grande sœur et même l’école. École qui pourtant ne lui apportait aucun challenge, puisqu’il fut rapidement repéré par les professeurs qui, après une série de tests, confirmèrent ses capacités nettement supérieures à la moyenne. Mais le petit Ed se plaisait à être un enfant comme les autres, avec des copains pour jouer au foot et des filles à embêter.

Lorsqu’il entra dans l'adolescence, Eduard commença à se rendre compte d’une chose importante, qui fut un premier déclic dans sa vie : il était bien plus proche d’Aino et de Kaja que de ses véritables parents. Comme elles avaient emménagé à Kohtla-Järve, la ville natale d’Eduard, il passait le plus clair de son temps chez elles, à discuter avec sa sœur et à manger les bons gâteaux de celle qu’il considérait comme sa deuxième mère, toujours aimante et accueillante avec lui. Il faut dire que ses parents le délaissaient un peu. Son père, banquier, n’était jamais là, toujours occupé au travail, et sa mère, femme au foyer, restait vautrée devant la télé la majorité de son temps. Qu’à cela ne tienne, il était tout à fait épanoui dans le foyer qu’il avait trouvé en sa grande sœur et sa mère, quelques rues plus loin.

En repensant à leurs jeux d’enfance, c’était une évidence pour Eduard. Surtout alors qu’elle était allongée là, à lui tenir la main. Âgé de 18 ans, il venait de comprendre que son rêve, c’était de faire sourire les autres comme il avait fait sourire sa sœur en jouant des rôles, en changeant de masque, en passant du méchant au gentil, du timide à l’extraverti, du riche au pauvre. Il voulait avoir un nouveau métier tous les jours, un nouveau passé à chaque script. Alors qu’il se lançait dans des études d’économie, il plaqua tout pour elle. Pour qu’elle sourit encore. Encore un peu.

Tu lis vraiment bien Ed. Tu fais bien les voix. Tu lui liras nos livres, tu promets ?

Un sourire se dessina sur ses lèvres, alors qu’il était accoudé contre le hublot de l’avion, repensant à sa dernière discussion avec Kaja. Il passa sa main sur son visage, se frotta les yeux sous ses lunettes et resta dans cette position un moment. Il ne doutait pas de son talent à la comédie. Son cerveau allait, enfin, lui servir à quelque chose.


Et toi ?

Pseudo : Kana | Estelle
Âge : 20 ans
Depuis combien de temps rp vous ? : Trop longtemps.
Comment avez-vous trouvé ce forum ? : En y posant une bridée.
Code du règlement : Il est interdit d'abandonner les lunetteux :'c
Des commentaires ? : Jüri is love. Jüri is life.

avatar
Messages : 17

Date d'inscription : 05/03/2017

Age : 21

Localisation : Enfermé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le sourire d'un Ange et les yeux d'un Démon | Estonie

Message par Sondre Kjell Olsen le Mar 14 Mar - 7:05

*panties drop
avatar
Messages : 174

Date d'inscription : 27/01/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le sourire d'un Ange et les yeux d'un Démon | Estonie

Message par Eduard Toome le Mar 14 Mar - 7:08

gettin' laid before entering the game

:D
avatar
Messages : 17

Date d'inscription : 05/03/2017

Age : 21

Localisation : Enfermé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le sourire d'un Ange et les yeux d'un Démon | Estonie

Message par El Direttore le Mar 14 Mar - 11:26

nous te souhaitons la bienvenue !

Ta fiche est validée, te voilà donc élève du Da Vinci College !

Tu commences donc désormais un cursus de Arts de la Scène, spécialité Arts Dramatiques.
Ton numéro de chambre est le n°3.
Tu peux dès à présent RP en ChatBox et dans les forums, de même que tu peux commencer ton Journal intime ou rédiger ta Fiche de relations.

Dans tous les cas, encore bienvenue et bon jeu sur Art Program Hetalia !
avatar
Admin
Messages : 152

Date d'inscription : 26/01/2017

Age : 63

Localisation : Dans les couloirs

Voir le profil de l'utilisateur http://artprogram-hetalia.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum