And then he danced -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

And then he danced -

Message par William Lao Wu le Dim 1 Oct - 23:08

Nom Prénom

Nation représentée : RASHKRPC | Hong Kong
Nom : Wu
Prénom : William Lao
Âge : 19 ans
Date d’anniversaire : 1.07.1998

Sexe : Masculin
Taille : 171 cm
Poids : 60 kg
Nationalité : Chinoise
Cursus suivi et spécialité : Danse → Contemporaine / Modern Jazz









Son animal totem : Un renard. Tout doux et adorable à l’extérieur, vil et fourbe à l’intérieur. Il saura vous attendrir avec son sourire angélique, pour ensuite vous faire un vilain croche-patte et se marrer devant votre ridicule chute.
Sur sa table de nuit : Pas grand chose. Une lampe de chevet, son téléphone portable, un paquet de mouchoirs et probablement ses boucles d’oreille. Le strict minimum, quoi. Un verre d’eau est aussi possible, il a souvent soif la nuit.
Les indispensables de sa garde-robe : William est super casual. Il a de simples t-shirt, avec des dessins et des inscriptions dessus, des jeans, plutôt slim, troués la plupart du temps. Des vestes, des hoodies surtout, quelques pulls quand il a envie d’avoir l’air mignon en hiver. Son look peut faire un peu grunge/punk, mais il est très passe partout comme garçon. Puis il met que des baskets et des Converse. Il a bien une paire de Doc Martens mais comme tout le monde en met dans cette école, il les laisse au placard. Casual mais faut pas abuser.
Sa journée parfaite : Il ne saurait même pas le dire. Il vit au jour le jour. Bien sûr, il y a toujours les bonnes grosses journées de merde où tu enchaines les catastrophes morales, mais de journée parfaite, il n’en a jamais eu. Des géniales oui. Où il s’amuse à fond à danser ses chorégraphies préférées sur de la bonne musique. Puis à manger des cochonneries qu’il adore. Traîner en ville avec ses amis, faire des conneries de jeunes, sortir le soir et s’éclater, encore et encore. Sa vie c’est l’amusement, de toute façon.
La musique qu'il chante sous la douche : De tout. Il chante très faux exprès. Comme ça tous les mecs qui se douchent en même temps ont envie de l’étriper mais d’après la loi ils ne peuvent pas, donc il s’en donne à coeur joie.
Son objet fétiche : Sans doute son smartphone. Toujours le nez collé dessus, c’est incroyable.
Ses vacances idéales : À flâner avec ses potes, clairement. Toutes ses vacances, il les passe à Hong Kong avec sa famille, et même s’il trouve toujours le moyen de s’amuser, il trouve souvent ça ennuyeux. En plus l’été à Hong Kong, le cauchemar quoi. Heureusement à force de traîner en boîte, il s’est dernièrement trouvé des potes pour quand il y va.
Son petit rituel du soir : Faire le tour des réseaux sociaux sur son smartphone. Ou se perdre sur YouTube. Si vraiment il n’est pas fatigué, il joue un peu à la console.
Le fond d’écran de son téléphone portable : Lui et son ex copine. Il a la flemme de changer. Et il est un peu nostalgique, peut-être.
Les histoires qu'on lui racontait quand il était petit : Sa maman lui racontait beaucoup d’histoires douces avec une morale à la fin. Son papa, c’était plutôt le grand aventurier qui tue le dragon. Classique quoi.



Raconte-nous !

“Je ne comprends pas pourquoi tu fais ça, William.”

Le jeune homme soupire. S’il est de nature très souriante, pour le coup, il fait la moue. Ses yeux noirs ne quittent pas l’écran de son téléphone, alors que son corps tout mince, quoi qu’un peu musclé par la pratique de la danse, est avachis dans le canapé familial. Ses cheveux noirs lui couvrent des sourcils un peu trop épais, qu’il s’épile de temps en temps, quand il n’a pas trop la flemme.

“Et puis regarde ton pantalon, c’est n’importe quoi, on te l’a payé beaucoup plus cher qu’un pantalon en bon état.”

Il roule des yeux. Elle n’arrête pas de lui rappeler à quel point son style vestimentaire n’a aucun sens. Ses slims déchirés, de marque, sont bien plus coûteux qu’un bon jean qui tiendrait la route. Rengaine de parents. Il n’ose même pas repenser au scandale que ça avait été lorsqu’il s’était fait percer les oreilles. Il a cru que sa mère allait faire une syncope. Son enfant, son bel ange, troué de la sorte. Quelle horreur !

“Comment on va faire, sans toi, hein ? Tu es plus fort que ton père, on a besoin de toi.”

Un léger rire jaune, sans mauvais jeu de mot, s’échappe de ses lèvres gercées. Fort, lui ? Il n’est pas bien grand, pas bien épais, pas bien bâti. Ses traits fins lui donnent un air légèrement efféminé, et même ses mains sont du genre longues et fines. Une brindille. Sa musculature naissante n’est pas suffisante pour lui donner l’air d’un homme adulte. Il a l’air vraiment coincé dans l’adolescence, en fait.

“Ecoute Ma, t’es gentille mais j’ai des devoirs à faire. Tu devrais être contente, regarde, je travaille.”

Sans attendre la réponse de sa mère, William quitte le salon pour retourner dans sa chambre.


Il peut parfois être insolent, comme lorsqu’il claque la porte de sa chambre pour souffler. Parler de la sorte à sa mère n’est pas convenable, il le sait, il regrette. Elle est gentille sa mère, trop gentille, trop inquiète pour lui. William est pourtant un garçon assez facile à vivre. Il est souriant, a la tchatche facile, est bon public et fait lui-même des blagues qui bien souvent n’amusent que lui. C’est un bout en train, farceur, mais pas méchant pour deux sous. Il a l’air d’un ange, tout en foutant du tabasco dans le plat d’un pote qui ne supporte pas les épices, innocemment. Juste parce que c’est drôle d’emmerder les autres. C’est drôle, pas vrai ?

Lorsqu’il était plus jeune, William était un enfant timide. Il l’est toujours un peu, quand il ne connaît pas les autres, mais ça s’efface beaucoup plus rapidement qu’à l’époque. Il a d’abord l’air discret et avenant, mais la réalité est tout autre. C’est une vraie peste. Sous ses airs de flemmard nonchalant, il cache bien son jeu de petite fouine. Mais c’est parce qu’il ne sait pas comment se manifester, comment exister, comment montrer aux autres qu’il est là. Il ne pense pas à mal, jamais. Il veut s’amuser, rire et faire rire. Il est maladroit, souvent de mauvaise foi, il se vexe rapidement. Mais c’est parce que c’est un petit bébé dans sa tête. Même s’il déteste qu’on lui rappelle à quel point il est jeune.

Et pour compléter ça, il a une fâcheuse tendance à se la jouer un peu. C’est qu’il travaille dur tous les jours, alors il ne voit pas ce qu’il y a de mal à ça. Il se donne à fond pour arriver où il en est, et pour lui, la fausse modestie est insupportable. La pêche aux compliments, c’est vraiment pas son truc. Aussi, si une fille dit qu’elle est moche, il est fort probable qu’il réponde “j’avoue”. Tu es prévenue.



William Lao Wu est bien né à Hong Kong. Petit miracle de la vie qui s’est mis à hurler dès le 1er juillet 1998. C’était, comme tous les autres bébés, un petit alien bien moche, mais comme tout parents, les siens le trouvaient absolument adorable. Il a passé les cinq premières années de sa vie dans cette grande ville de Chine, avant que ses parents ne décident d’émigrer en Europe. Il entra donc à l’école primaire à Rome.

Sa première année en Italie fût très compliquée pour lui. Il ne parlait pas un mot d’italien, et dû redoubler son CP pour bien saisir le système d’écriture et de lecture. En plus d’être le seul petit bridé de sa classe, il était le plus vieux, et celui qui avait le plus de mal en cours. Ca l’avait pas mal atteint à l’époque, et il n’était alors pas un enfant très joyeux. Il était très timide et renfermé.

Mais il s’est adapté, éventuellement, et au fil des années, surtout grâce à l’école et aux quelques amis qu’il avait pu se faire, il maîtrisa la langue locale. C’est à peu près au même moment qu’il découvrit la danse et sa première amoureuse. Elle s’appelait Vitoria et c’était une petite ballerine. Très joyeuse et pleine de vie, elle est vite devenue sa copine de l’école. Ils étaient toujours ensemble après les cours pour jouer dehors, et surtout, danser. Il n’y connaissait rien en danse classique, mais elle était drôle, elle dansait n’importe quoi avec lui.

Très vite, le petit William se mit à penser à la danse. Ses parents acceptèrent, après tout, que leur fils se mette à une activité sportive aussi jeune était pour eux très bénéfique. On aime avoir un fils sportif.

Les années passèrent et, au collège, il vécu sa première déception amoureuse, puisque la belle Vitoria s’était trouvé un garçon plus fort, plus beau, plus populaire. Sa tristesse et sa colère passèrent dans la danse. Il se donnait à fond, plus que jamais. Ce qui, pendant un temps, l’éloigna un peu des études. Il fut vite rappelé à l’ordre par son père, qui espérait bien qu’il prenne la relève du restaurant familial, dans lequel il bossait déjà éventuellement l’été pour donner un coup de main.

Pendant deux années de sa vie, la dernière du collège et la première du lycée, William n’était de nouveau pas bien. Il s’ennuyait à mourir, et il voyait son amour d’enfance roucouler avec le beau Fernando. Sans parler de la pression que lui mettaient ses parents pour les cours et le restaurant. Il n’y avait plus que la danse qui comptait à ce moment là. Mais quelque chose changea le tournant de sa vie.

La jolie Vitoria et ce gros con de Fernando, c’était fini. A force de confier ses malheurs à William (tu connais la BFFzone toi aussi ?), elle s’était rendue compte que son histoire n’en valait pas la peine. Et, curieuse, elle avait envie d’essayer avec lui. Alors, tout s’éclaira dans sa vie. Il avait des bonnes notes, la danse, celle qu’il considérait être l’amour de sa vie. Ses parents étaient contents, lui aussi. Tout était parfait.

Mais le retour à la réalité est parfois un peu difficile. Après trois ans de relation, elle décida que finalement, ils étaient mieux en amis. Et ses parents lui rappelèrent que la danse était un hobby, et qu’il devait travailler avec eux au restaurant. Comme quoi, le bonheur tient à peu de choses. Et le malheur revient bien vite.

Cependant, William n’abandonna pas son rêve de danse. Il fit des recherches, et après un an à avoir travaillé avec ses parents et constaté que servir des nems et des sushi n’était définitivement pas pour lui, il leur parla du Da Vinci College. Clairement, ses parents n’avaient pas les moyens de lui payer ce genre d’études, mais il réussi, après un examen pour lequel il donna tout ce qu’il a, à décrocher une bourse. C’est ce qui finit par convaincre ses parents de le laisser aller en internat pour danser.

Son plus grand défi, alors qu’il vient d’entrer dans cette école, est de rendre ses parents fiers à partir d’une chose qui semble être contre eux. Leur montrer que non, l’art ne leur a pas volé leur fils.


Et toi ?

Pseudo : Estelle (la femme aux bridés ?)
Âge : 21 ans
Depuis combien de temps rp vous ? : Pfff 7/8 ans facile
Comment avez-vous trouvé ce forum ? : lol
Code du règlement : Non.
Des commentaires ? : Pour ma défense c'était mon faceclaim pour ce perso bien avant ce forum donc voilà. Puis Will est smol.



Dernière édition par William Lao Wu le Dim 1 Oct - 23:10, édité 1 fois
avatar
Messages : 27

Date d'inscription : 05/03/2017

Age : 20

Localisation : Bouh.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: And then he danced -

Message par Sondre Kjell Olsen le Dim 1 Oct - 23:09

MONSIEUR 42.

(Will le baest <3)
avatar
Messages : 213

Date d'inscription : 27/01/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: And then he danced -

Message par William Lao Wu le Dim 1 Oct - 23:10

La réponse D*
avatar
Messages : 27

Date d'inscription : 05/03/2017

Age : 20

Localisation : Bouh.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: And then he danced -

Message par Emil Sveinsson le Dim 1 Oct - 23:18

Non mais. Jungkook. Je. Sérieux. (Dites-moi qu'au moins c'est bien lui)
Mais HA enfin quelqu'un de plus jeune qu'Emil ! HAHAHAHAHA ce sera plus le bébé !!!!!!

(Sinon il a l'air adorable celui là <3)
avatar
Messages : 111

Date d'inscription : 05/02/2017

Age : 20

Localisation : Quelque part dans l'école

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: And then he danced -

Message par William Lao Wu le Dim 1 Oct - 23:20

Oui c'est lui GG WP Io :D J'ai hésité à changer car. Idk. Je suis gênée. Mais ça a toujours été son FC donc... YOLO.
Et oui Will est très smol.
avatar
Messages : 27

Date d'inscription : 05/03/2017

Age : 20

Localisation : Bouh.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: And then he danced -

Message par Matthew Williams le Dim 1 Oct - 23:32

Si smol. Et Jungkook.

Et sinon j'ai adoré l'histoire et tout, oui en fait je l'aime déjà.

(Et il est né le même jour et la même année que Matthew <3)
avatar
Messages : 171

Date d'inscription : 07/02/2017

Age : 21

Localisation : Dans un igloo, duh.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: And then he danced -

Message par El Direttore le Dim 1 Oct - 23:47

nous te souhaitons la bienvenue !

Ta fiche est validée, te voilà donc élève du Da Vinci College !

Tu commences donc désormais un cursus de Danse, spécialité Danse Contemporaine et Modern Jazz.
Ton numéro de chambre est le n° 6.
Tu peux dès à présent RP en ChatBox et dans les forums, de même que tu peux commencer ton Journal intime ou rédiger ta Fiche de relations.

Dans tous les cas, encore bienvenue et bon jeu sur Art Program Hetalia !

avatar
Admin
Messages : 174

Date d'inscription : 26/01/2017

Age : 64

Localisation : Dans les couloirs

Voir le profil de l'utilisateur http://artprogram-hetalia.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: And then he danced -

Message par Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum