When airwaves swing distant voices sing | feat. Tomislav

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

When airwaves swing distant voices sing | feat. Tomislav

Message par Ivan Braginski le Mar 7 Mar - 7:06

feat. Tomislav Kovačević
Contexte: Époque inconnue, Sibérie. Un groupe de “scientifiques” a retrouvé des tablettes anciennes à propos de dieux slaves et tentent d’en extraire les pouvoirs à l’aide de manipulations génétiques dans leur laboratoire clandestin en plein milieu de nulle part.

BRAGINSKI, Ivan Nikolaïevitch. 28 ans. Physique sensiblement le même, mais avec quelques centimètres et kilos en moins.

When airwaves swing distant voices sing

Il porta le briquet à son visage et s’alluma une cigarette. L’air goudronné mais chaud s’engouffrait dans ses poumons et ça faisait du bien. Il était appuyé au rebord de la fenêtre, et comme d’habitude, la seule vision qui s’offrait à lui était l’infinité immaculée de la neige, au point qu’elle commençait progressivement à remplacer ses autres souvenirs. Après tout ça faisait déjà quelques temps qu’il était ici.

Les journées se suivaient et se ressemblaient. Il les passait dans ce laboratoire blindé de partout. Vu la nature des recherches qui s’y déroulaient, il n’y avait pas vraiment le choix. Non seulement il y avait tout le bordel des manipulations génétiques et des diverses précautions que ça implique, sans compter les agents chimiques utilisés qui n’étaient généralement pas inoffensifs, mais surtout, ces recherches devaient rester absolument secrètes. Elles étaient d’une trop grande importance, et s’ils parvenaient à leur objectif, alors plus rien ne pourrait les arrêter. Mais en attendant, ils ne pouvaient pas se permettre de laisser tomber leurs travaux entre des mains étrangères. Quiconque entrait au laboratoire n’en ressortait pas.

Oui, les journées se ressemblaient, et encore plus récemment. Ivan avait l’impression de tourner en rond dernièrement. Il passait des heures devant ses livres couverts de notes, ses tubes à essais et son microscope, mais rien à faire, il avait l’impression de ne plus avancer. Et naturellement, il se demandait si ce n’était que de son côté, ou si c’était généralisé. Il jetta sa cigarette par terre, l’écrasa avec le talon de sa botte et se dirigea vers l’une des salles de recherches, histoire de voir comment ça allait pour les autres.

Les salles étaient situées à l’étage inférieur, en-dessous du niveau du sol. Ivan longea le couloir, où la peinture des murs s’écaillait et des lumières clignotantes pendaient du plafond. Il fit irruption dans la première salle vide venue. Il jeta un oeil aux cahiers de labo qui traînaient, remplis d’observations pas très lisibles, limite indéchiffrables, et pas à cause de leur contenu, non, simplement parce qu’il semblait que c’était un trait commun ici de mal écrire. Tant pis, s’il n’apprenait rien là, il lui faudrait aller lire directement les rapports. Ça devait être faisable, s’il ne croisait pas un directeur de recherche en chemin.

Ivan se dirigea vers les bureaux. Des petits bureaux tout miteux, avec à peine de la place pour s’asseoir, et les étagères qui débordaient de paperasse. Il parcourra les documents du doigts, s’empara du paquet de feuilles maladroitement agrafées portant la date la plus récente. Il balaya le tout des yeux, plutôt rapidement, sautant l’habituelle introduction pour en aller à l’essentiel. Et l’essentiel confirmait ses pensées. On dirait bien que pour ses collègues aussi les recherches semblaient stagner depuis un bout de temps. Pour Ivan c’était clair. Ils avaient besoin de passer à la vitesse supérieure. Ils avaient besoin de cobayes.

avatar
Messages : 193

Date d'inscription : 04/02/2017

Age : 21

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: When airwaves swing distant voices sing | feat. Tomislav

Message par Tomislav Kovačević le Mar 7 Mar - 17:09


When airwaves swing distant voices sing


Contexte: Époque inconnue, Sibérie. Un groupe de “scientifiques” a retrouvé des tablettes anciennes à propos de dieux slaves et tentent d’en extraire les pouvoirs à l’aide de manipulations génétiques dans leur laboratoire clandestin en plein milieu de nulle part.

Kovačević, Tomislav. 31 ans. Porte des lunettes , la tenue de laboratoire reglementaire. A moins de scrupules et de considération pour les autres personnes. Seule compte la recherche.

Il fit reposer sa tête sur ses mains jointes, croisées. Son corps courbé prenait place devant de nombreux documents couvert de son écriture indéchiffrable. Sa montre était le seul bruit distinct emplissant la pièce et lui parvenant aux oreilles. De l'extérieur, on l'aurait dit en position de prière. Cela n'était cependant que la manifestation physique du travail de son esprit. Si il pouvait faire bouger dans sa tête les mécanismes complexes de la génétique, tenter de dénouer l’énigme des tablettes demandait des ressources herculéennes.

Des bruits de pas se firent entendre dans le couloir adjacent. Son espace de calme artificiel fut brisé par le bruit régulier des pas des soldats affectés a la base. Ils emmenaient un homme, un autre. Probablement un prisonnier politique. Le croate croisa son regard déja trop vide. Déja trop déséspéré. Un futur cobaye, comme ceux qui venaient ici depuis quelques jours. Le scientifique ne ressentait pas de culpabilité ni de honte a disposer d'un homme vivant pour continuer les recherches. Ici, seul comptait le projet. Cela et rien d'autre. On vous l'apprenait vite.

Il avait été lui aussi, en arrivant de Yougoslavie, bercé d'illusions sur le fait de travailler sur un projet d'Etat top secret. Lui aussi il avait attendu de gagner argent et honneur, lui aussi il pensait qu'il révolutionnerait le monde et la science. Maintenant il faisaient partie des "anciens", cette bande de savants désabusés qui vivent de nicotine et d'erzats de café. Maintenant, il n'avait plus peur de l'éthique, plus peur de se salir les mains, plus peur même d'affronter ses croyances les plus intimes, sa foi. Ses valeurs avaient été renversées durant sa dure année en Sibérie. Puis de son statut d'étranger idéaliste, il était devenu l'ours, rude, intransigeant, bourru.

Tomislav se leva. Le décors était gris et froid a l'image de ses habitants. Il fallait voir si les premiers tests avaient commencé. Ou peut être que personne n'en prendrait l'initiative si lui ne le faisait pas. Peut importe. Aujourd'hui il fallait commencer. Cela apparaissait maintenant évident pour lui. Ils avaient attendu, trop attendu et ne pouvaient plus se permettre de gaspiller encore du temps.

Passant devant d'autres bureaux, il reconnut un de ses collègues, seul. Une personne suffirait pour l'aider a allumer les machines et faire les premiers enregistrements.

- J'ai besoin que vous veniez, nous avons reçu les cobayes pour la première série de tests. Les autres nous rejoindrons en cours de travail.

N'ayant aucunement l'intention de s’éterniser dans le bureau il marchait déja vers la salle de test. Son ton ne se voulait pas mauvais, mais une nouvelle urgence se faisait sentir et il sentait déja le plaisir et l'excitation éphémère que procure la nouveauté...
avatar
Messages : 137

Date d'inscription : 03/02/2017

Localisation : Split

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: When airwaves swing distant voices sing | feat. Tomislav

Message par Ivan Braginski le Mar 30 Mai - 12:52

feat. Tomislav Kovačević
Contexte: Époque inconnue, Sibérie. Un groupe de “scientifiques” a retrouvé des tablettes anciennes à propos de dieux slaves et tentent d’en extraire les pouvoirs à l’aide de manipulations génétiques dans leur laboratoire clandestin en plein milieu de nulle part.

When airwaves swing distant voices sing


Il y avait du va-et-vient dans le couloir, mais rien d’alarmant. Il y avait toujours du mouvement après tout. Il releva rapidement la tête en entendant le son d’une voix, s’adressant à lui. On lui lança quelques mots, à peine, avant de s’éloigner. Il semblerait que son collègue soit arrivé à la même conclusion que lui, et avant Ivan sans doute. Et puis il y avait ce timing parfait. Finalement, les choses allaient se mettre à bouger.

Ivan finit rapidement de lire les dernières lignes du document qu’il avait entre les mains, avant de replacer les feuilles en ordre et les remettre à leur emplacement d’origine. Il se mis en route vers la salle de test, l’esprit quelque peu troublé. Une sorte d’appréhension. Mais c’était normal après tout, ils passaient finalement à l’étape suivantes. Ils auront des données plus précises, et puis surtout une réelle confirmation de leurs progrès, de la recherche à laquelle ils consacrent leur vie.

Il fit son entrée dans la salle de test et salua son collègue d’un signe de tête, poignée de main. Il s’agissait de Tomislav Kovačević. Ivan avait rejoint l’équipe de recherche après lui, et il ne lui avait pas fallu longtemps pour comprendre que c’était un chercheur endurci. Bien entendu, en entrant au laboratoire, on apprenait rapidement à laisser ses scrupules à la porte d’entrée. Mais certains chercheurs se trouvaient tout de même plus empathiques que d’autres. Les nouveaux venus, généralement. Et puis pour d’autres, la vie se résumait à la recherche, la science la plus pure, les données enregistrées et les mystères de la génétique à résoudre. Un mode de pensée qui ne laissait plus de place à la sensibilité. Puis Ivan dans tout ça ? Il apprenait brutalement qu’il vaudrait mieux pour lui faire partie du deuxième groupe.

On avait entassé quelques cobayes dans une pièce adjacente, fermement surveillée. En théorie, aucun chercheur n’éprouvait de la peine pour eux, ils sont un élément vital dans le processus. Mais les avoir face à soi, ça déstabilisait. Puis, suffisait de se rappeler que vraisemblablement il s’agissait de prisonniers, ou pire, d’espions. Peut-être que quelques malchanceux étaient simplement des voyageurs trop téméraires, qui se sont égarés en pleine Sibérie, mais encore est-ce probablement un meilleur destin que de mourir lentement de faim ou de froid dans les glaces. Probablement. N’est-ce pas..?

Ivan s’empara du protocole, histoire de le feuilleter rapidement. Il le connaissait déjà par coeur, mais on ne pouvait jamais être trop sûr. Chaque manipulation, chaque échantillonnage, était décisif. Et puis, il n’avait pas eu encore l’occasion de manipuler le matériel autant qu’il l’aurait voulu. Ses yeux parcourent le document, jettant de temps à autres un coup d’oeil à l’équipement.

Et toujours, cette appréhension, alors qu’il effectuait quelques branchements et calibrages sur les appareils.

-Ça se passe sur les cobayes là-bas donc. On sait d’où ils proviennent?

Après avoir posé la question, Ivan se dit qu’il préférait peut-être ne pas connaître la réponse au final. Mais d’un côté, il y avait cette angoisse, mêlé à sa curiosité de chercheur.

-Au fait, les autres sont-ils déjà au courant que nous sommes ici ?

Car après tout, bien que Tomislav lui ait assuré que les autres les rejoindraient, qui sait quand est-ce qu’ils auraient besoin de renfort.

avatar
Messages : 193

Date d'inscription : 04/02/2017

Age : 21

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: When airwaves swing distant voices sing | feat. Tomislav

Message par Tomislav Kovačević le Mar 30 Mai - 17:59


When airwaves swing distant voices sing


Contexte: Époque inconnue, Sibérie. Un groupe de “scientifiques” a retrouvé des tablettes anciennes à propos de dieux slaves et tentent d’en extraire les pouvoirs à l’aide de manipulations génétiques dans leur laboratoire clandestin en plein milieu de nulle part.

Kovačević, Tomislav. 31 ans. Porte des lunettes , la tenue de laboratoire reglementaire. A moins de scrupules et de considération pour les autres personnes. Seule compte la recherche.

- Il vaut mieux éviter de poser trop de questions. Ce sera mieux pour tout le monde. La curiosité peut parfois être un défaut qui nuit a la santé...

C'était facile pour lui qui n'avait plus l'empathie nécéssaire pour reconnaitre les cobayes comme des humains. Il ne voyait dans cette pièce ou on les avait parqué qu'une masse difforme, organique, mouvante. Il ne leur reconnaissait aucune individualité et se fichait d'ou ils provenaient. Ils n'étaient qu'un engrenage de plus dans le processus, de la matière première tout au mieux. C'est ainsi qu'il se persuadait que son oeuvre était juste.

Ceux l'ayant connu a ses débuts savaient que Tomislav n'avait pas toujours été comme ça, loin de la. Probablement même qu'a son entrée il était l'opposé de ce dont il montrait le visage. Il n'était qu'un autre produit de la machine scientifique, déshumanisé pour mieux remplir son emploi. Les robots posent moins de problèmes.

- Je les ai prévenus. Ils seront la sous peu

Ivan n'était pas le premier a qui il avait fait signe mais il avait été le premier a le suivre. Beaucoup avaient encore du mal a accepter qu'il était temps de mettre en oeuvre l'étape décisive. Mais pas le geant russe. Certains soldats commencèrent a entrer dans la salle de test pour apporter les cobayes. Lourdement armés ils semblaient du courage de ceux qui n'ont rien a perdre. Et ça les rendait dangereux. Le croate s'avança vers les bassins, des cuves remplies d'une eau salées, dans lequels les sujets seraient maintenus en stase, a l'écart de tout stimulis sensoriels.

- Il faut allumer les moniteurs. On va commencer sur trois personnes d'âge et de sexe différents. On utilisera les postes 3, 5 et 8. Ce sont ceux qui ont apportés le plus de résultats jusque la.

Il ne s'attendait pas a être contesté, son travail était précis selon lui. Les cobayes ne semblaient pas résister, sans doute drogués pour annuler quelconque tentative de rébellion...
avatar
Messages : 137

Date d'inscription : 03/02/2017

Localisation : Split

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: When airwaves swing distant voices sing | feat. Tomislav

Message par Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum